Sarko ! Président ! dans ! dans ?

Voilà bien longtemps que je n’ai pas écrit !

Mais comme je le disais dans l’article sur les franchises médicales, dès lors qu’on est atteint d’une ALD (affection longue durée) on est plus fragile.

C’est ce qui m’est arrivé.

Entre temps, 

Kathy, « une copine bloggueuse » qui me fait le plaisir de visiter régulièrement mon blog et d’y laisser un message, est devenue Grand-Mère. Félicitations Kathy. J’espère que tu en éprouveras autant de bonheur que moi.

Sarkosy, notre président, « chut ! on va encore se moquer de nous à l’étranger, » persiste et signe en mélangeant principe de laïcité (fondement de notre république) et foi personnelle, il vient de féliciter 4 intégristes cathos de leur avancement dans les grades cléricaux ;

A quand : « nous sommes chrétiens sur nos billets de banque ? »

Le président, hélas toujours le même, après avoir réussi à faire ratifier le traité de Lisbonne, contre la majorité des français mais avec la complicité politique du PS entre autre ;

Nicolas Sarkosy, notez l’effort que je fais pou ressayer de faire  oublier qu’il est le président français, après avoir fait voter la double peine pour les condamnés sortants par le port du bracelet électronique « s’ils ne sont pas guéris ». Comment diantre ! ils seraient malades et condamnés à la prison, qui comme chacun le sait est un lieu de soins pour délinquants malades mentaux !

Nicolas S., donc vient de demander à être exempté de l’application de la Constitution dont « IL » est le garant, sous prétexte que comme bon Président –Père, il ne voudrait pas faire de distinction entre 2 catégories de ses « enfants »ceux qui ont été soignés en prison avant la loi et ceux qui seront soignés après la loi.

(Je ne parle même pas de la tentative de coup d’état que cela représente.) ;

Notre bon –je n’ose dire petit, ça ferait … soviétique- St- Nicolas de France, donc, vient encore de donner une leçon de sang froid, de morale et de politesse actives, c’est à dire sur le vif, en traitant un passant du salon de l’agriculture de « pauv’con ». Comme le disent Fillon et DSK, on a tous nos « humeurs ». Heureusement qu’il a mandaté Darcos pour intégrer les leçons de politesse et de morale à l’école. Il était temps, quand on voit ce que l’école nous a donné comme Président !

Grand-mère Jojo

 

 

 

 

    


Archives pour la catégorie société

Infos du petit matin

(14 02 2008) : ci-dessous ce que j’ai écrit à la rédaction de France-Inter :

  Scelle

J’écoute(sur France Iter), attentivement, les infos du « petit matin » depuis toujours. Hier, elles m’ont bien manquées, MAIS : en soutien à la grève du service public de radio et télévision, je me suis abstenue de zapper ou sur d’autres radios ou sur d’autres chaînes.

TOUTEFOIS : quand les cheminots, les enseignants, les aiguilleurs font grève, même dans les infos service public, j’ai le déplaisir d’entendre parler -très abusivement- de prise d’otage des usagers. Quand le personnel de Radio-France et de France-Télévision fait grève -à juste titre, je suis heureuse d’entendre des explications intéressantes sur les enjeux de cette action.

Est-ce à dire que : les journalistes du service public manquent d’informations et d’analyses quand ils ont à traiter des conflits concernant les autres services publics, pour qu’ils répètent-excusez-moi, bêtement- le discours du MEDEF ou du Gouvernement, ou est-ce à dire que les journalistes « hiérarchisent » la qualification des services publics et estiment que le seul qui mérite d’être défendu par une information correctement conduite est celui des « médias publics » ?

J’ai d’ailleurs été très étonnée de ne pas entendre parler de « prise d’otages » lors de la grève des taxis !Je me suis dit : tiens, ils ont enfin cherché et compris la définition du mot OTAGE, mais non, le mouvement des aiguilleurs a mis fin à mon espoir !

Pourriez-vous consacrer une émission à une explication sans tabou sur le comment se construit la présentation d’un « journal ». Qui choisit et comment sont choisies les infos à diffuser et  comment sont-elles analysées avant d’être vulgarisées … Bref, en quoi un service public d’information peut-il et DOIT-il se distinguer d’un service privé ?

Si vous voulez que nous, les usagers, nous vous défendions bec et ongle, prouvez-nous votre différence au-delà de nos engagements, de nos convictions de plus en plus ébranlées (grâce aux formatages auxquels vous contribuez) à vouloir non seulement conserver mais aussi développer, promouvoir des services publics de qualité !

Un dernier exemple (entendu ce matin sur vos ondes): « la France est le premier grand pays européen à ratifier le traité de Lisbonne. Ce traité ne prévoit-il pas l’obligation de concurrence entre service public et privé ?

Si j’avais eu à présenter cette info, j’aurais commencé ainsi : « La France est le premier grand pays européen à bafouer le suffrage universel par la ratification du traité de Lisbonne. C’est la première fois qu’une telle atteinte à la démocratie des urnes se produit avec une telle intensité dans la 5ème République ! Aucun parti politique représentatif, n’a entendu ce que les français ont exprimé après une campagne exemplaire d’informations et de débats de qualité ! Cette ratification pose de façon aiguë la question de la démocratie en France. Sommes-nous encore dans un état de droit ? »

« Serviteusement publiquement » votre

Josette

bloguer : la souris dans la nasse

Je vous l’avais dit : je suis une râleuse invétérée : à peine créé, mon blog me fait soucis.

Je cherche du débat enrichissant au-delà de mon horizon personnel.

Là, je viens de réaliser que le « blog » pouvait être un outil extraordinaire.

Mais, le « blog » peut également être un « trompe-l’esprit » tout aussi extraordinaire.

Nous avons tous des pseudos, personne ne sait rien de personne.

Moi, je crois que chaque fois que quelqu’un réagit sur mon « blog », il s’agit d’une personne, je veux dire un être réel avec une vraie vie, mais je me suis rendu-compte en parcourant de nombreux « blogs », qu’il pouvait s’agir de personnes imaginaires (groupe de personnes qui utilisent la toile sous un seul pseudo, personnage inventé…)

Qui sait ce qui peut se cacher derrière chacun de nous ?

Qui peut savoir, s’il y a tentative de manipulation de quelque nature que ce soit ?

Comment s’assurer qu’on ne discute pas dans le « vide ».

J’ai choisi de m’inscrire sur « unblog » tout à fait par hasard, et parce que c’était gratuit. Mais qui « gère » unblog ou d’autres ? Pourquoi mettre cet outil à la disposition du grand public ?

En clair, y a-t’il un vice caché ? Si oui quel pourrait-il être ?

Pour l’instant, je ne vois que 2 points :

-         nous laisser parler dans le vide : ça nous occupe et pendant qu’on est là, on n’est pas dans la rue !

-         aider « big brother » dans son fichage d’individus.

  

D’autres que moi ont-ils eu soudain ce sentiment de « trop beau pour être vrai » , ou celui plus confus d’être la souris dans la nasse ?

Y a -t-il un code de déontologie du « blogueur » ? 

Merci de me répondre.    Grand-mère Jojo 

anti-tabac : le sens caché de la loi ?

Il faut que je vous dise :

Hier, en cherchant à m’inscrire sur un annuaire de blogs, je suis tombée sur le site des « jeunes » UMP catalans. L’article d’accueil concernait la loi anti tabac.

Je n’ai pas pu m’empêcher de joindre un commentaire.

Ce matin, parce que j’avais oublié d’archiver mon commentaire, je suis revenue sur le site qui affichait : pas de commentaire ! J’en ai donc déposé un autre qui reprend à quelque chose près celui que j’avais laissé hier. Le voici :

Le saviez-vous ?

La première loi anti-tabac a été promulguée et appliquée en Allemagne.

Elle a été promulguée à la demande du…. Chancelier Hitler.

Quand ? en 1933 (je ne suis pas sûre de l’année à 100%)

Quand j’ai fait cette découverte, cela m’a fait frémir.

Et vous ?

 

Evidemment, la découverte que j’avais faite à propos d’Hitler et le fait que mon commentaire ne soit pas publié, m’ont donné à réfléchir.

Toute loi émerge dans un contexte social-politique donné, à fortiori toute loi liberticide.

S’il est plus aisé d’analyser les lois Pasqua, Hortefeu, et autres concernant, l’immigration ou encore la loi de comparution immédiate qui par son « immédiateté », prive la défense d’une bonne partie de ses possibilités d’expertises, d’analyses à postériorité, donc d’explications de faits, la loi anti-tabac présente la complexité de se présenter comme une mesure de santé publique.

Dès-lors, qui oserait prétendre qu’il ne veut pas que le gouvernement agisse en prévention, pour la santé publique ?

Suspicieuse comme je suis, chaque fois qu’On (Con) veut faire mon bonheur malgré moi, qu’On (Con) veut me protéger malgré moi…, je me raidi et j’essaie de comprendre pourquoi on ne veut pas que je fasse moi-même mon bonheur ou que j’apprenne à me protéger moi-même contre moi-même ?

Serait-ce parce que je suis considérée comme mineure ? comme irresponsable ? (alors il ne faut pas me punir si je transgresse) comme « jeune-donc-délinquante » (j’ai 54 ans, vils flatteurs va !), comme « pas-très-maligne », peut-être ?

Ou, faut-il penser que derrière cette façade de bonnes intentions / attentions, il y a un piège ? Si j’adhère, qu’est-ce qui m’est demandé en contre-partie d’une telle sollicitude ?

L’obéissance ? certainement.

La « décervellation » ? sûrement ! Petit à petit, On nous apprend à douter de notre capacité à réfléchir et à agir en conséquence. On nous formate, pensée unique, libéralisme non négociable, fatalité … Heureusement que On veille sur nous et nos bêtises !

Reprenons la loi anti-tabac :

Si c’était vraiment par souci de santé publique,

  • - pourquoi ne pas avoir fait de la dissuation pédagogique plus tôt, puisqu’On sait depuis Hitler et les recherches qu’il a commandées et financées sur la nocivité du tabac, que ces dernières mettaient déjà en évidence même les problèmes liés à la tabagie passive?
  • - pourquoi n’avoir pas imposé aux fabricants de cigarettes de retirer tous les produits nocifs et générateurs de dépendance qu’ils ajoutent au tabac?
  • - pourquoi avoir continué à distribuer des «troupes» aux soldats engagés ou conscrits?
  • - pourquoi avoir continué à taxer les cigarettes, au lieu de les détaxer, ce qui aurait eu pour effet de moins inciter les ados à fumer par souci de transgression, (minis-trafics, mais aussi, je me différencie en fumant alors que je sais que c’est dangereux: même pas peur!)?

- enfin, pourquoi ne pas proposer une loi réellement sociale et de santé en:

  • obligeant les employeurs à inciter chaque travailleur à prendre un congé de santé,  rétribué à taux plein pour suivre une cure de désintoxication sur un protocole sécu ?
  • Il va de soit qu’on peut organiser le remplacement des travailleurs libéraux, fixer un forfait du manque à gagner etc…, bref agir avec le système de sécu comme pour un congé de maladie classique d’1mois ou plus si nécessaire.
  • Punir, sanctionner les fumeurs permet seulement de récupérer du fric tout en pointant du doigt de nouveaux « vilains », de nouvelles « têtes de Turc ».

 

N’importe quel médecin ou psy parle de tabaco-dépendance comme d’une maladie addictive. Est-ce que la loi permettra aux fumeurs de se soigner ?

Toute conduite addictive met en jeux des pulsions de mort. Ces mêmes pulsions qui nous permettent avec nos pulsions de vie et sans devenir fou , d’apprendre à appréhender notre propre mort comme inéluctable et à l’envisager comme normale dès-lors que ce n’est ni un crime, ni une guerre, ni un défaut de soin ou des carences de vie (logement, nourriture) qui la provoquent.

Je suis fumeuse et pas fière de l’être parce que je vis ma dépendance comme une entrave à ma liberté mais aussi comme une contradiction idéologique : j’engraisse et un état « racket », et des producteurs de cigarettes véritables empoisonneurs publics. Malgré tout, cette loi, au lieu de m’inciter à essayer encore d’arrêter, cette loi disais-je me révulse  tellement par le mensonge et la perversité qu’elle induit que depuis le 1er janvier, je fume -bêtement, je vous l’accorde- encore plus qu’avant !

Toutefois, en tant que fumeuse, j’ai toujours fait extrêmement attention à la tabagie passive, à l’exemple donné, et, j’ai toujours dit à mes enfants que j’étais droguée et incapable de m’en sortir seule, que dans cette histoire, le mieux était de ne pas commencer ou de s’arrêter quand il était encore temps.

Je crois que les fumeurs ne sont pas plus les méchants empoisonneurs que les alcooliques, que les dépressifs, etc… En tous cas, je crois que nous le sommes moins que Monsanto, que Total, que nous avons appris à vivre avec les non-fumeurs et que nous savons faire le nécessaire pour les respecter.

 

Qu’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas : la loi anti-tabac n’est pas plus dangereuse que les lois sécuritaires et liberticides déjà votées et que j’ai seulement évoquées ici.

La loi anti-tabac constitue, de mon point de vue, un exemple complexe de la dérive totalitaire dans laquelle la France s’enfonce chaque jour davantage insidieusement.

Ne soyons pas dupes.

Si vous pensez qu’une loi anti-tabac est nécessaire, alors demandez une vraie loi de santé publique, donc sociale.

A demain.

Grand-mère Jojo

chapelleachard2014 |
Liste d’union et d’action p... |
OPTICAL CONSULTING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mieux Vivre @ Mimizan
| NOUVELLES d'hier, d'aujourd...
| Au fil des saisons