Sarko ! Président ! dans ! dans ?

Voilà bien longtemps que je n’ai pas écrit !

Mais comme je le disais dans l’article sur les franchises médicales, dès lors qu’on est atteint d’une ALD (affection longue durée) on est plus fragile.

C’est ce qui m’est arrivé.

Entre temps, 

Kathy, « une copine bloggueuse » qui me fait le plaisir de visiter régulièrement mon blog et d’y laisser un message, est devenue Grand-Mère. Félicitations Kathy. J’espère que tu en éprouveras autant de bonheur que moi.

Sarkosy, notre président, « chut ! on va encore se moquer de nous à l’étranger, » persiste et signe en mélangeant principe de laïcité (fondement de notre république) et foi personnelle, il vient de féliciter 4 intégristes cathos de leur avancement dans les grades cléricaux ;

A quand : « nous sommes chrétiens sur nos billets de banque ? »

Le président, hélas toujours le même, après avoir réussi à faire ratifier le traité de Lisbonne, contre la majorité des français mais avec la complicité politique du PS entre autre ;

Nicolas Sarkosy, notez l’effort que je fais pou ressayer de faire  oublier qu’il est le président français, après avoir fait voter la double peine pour les condamnés sortants par le port du bracelet électronique « s’ils ne sont pas guéris ». Comment diantre ! ils seraient malades et condamnés à la prison, qui comme chacun le sait est un lieu de soins pour délinquants malades mentaux !

Nicolas S., donc vient de demander à être exempté de l’application de la Constitution dont « IL » est le garant, sous prétexte que comme bon Président –Père, il ne voudrait pas faire de distinction entre 2 catégories de ses « enfants »ceux qui ont été soignés en prison avant la loi et ceux qui seront soignés après la loi.

(Je ne parle même pas de la tentative de coup d’état que cela représente.) ;

Notre bon –je n’ose dire petit, ça ferait … soviétique- St- Nicolas de France, donc, vient encore de donner une leçon de sang froid, de morale et de politesse actives, c’est à dire sur le vif, en traitant un passant du salon de l’agriculture de « pauv’con ». Comme le disent Fillon et DSK, on a tous nos « humeurs ». Heureusement qu’il a mandaté Darcos pour intégrer les leçons de politesse et de morale à l’école. Il était temps, quand on voit ce que l’école nous a donné comme Président !

Grand-mère Jojo

 

 

 

 

    


Archive de l'auteur

Infos du petit matin

(14 02 2008) : ci-dessous ce que j’ai écrit à la rédaction de France-Inter :

  Scelle

J’écoute(sur France Iter), attentivement, les infos du « petit matin » depuis toujours. Hier, elles m’ont bien manquées, MAIS : en soutien à la grève du service public de radio et télévision, je me suis abstenue de zapper ou sur d’autres radios ou sur d’autres chaînes.

TOUTEFOIS : quand les cheminots, les enseignants, les aiguilleurs font grève, même dans les infos service public, j’ai le déplaisir d’entendre parler -très abusivement- de prise d’otage des usagers. Quand le personnel de Radio-France et de France-Télévision fait grève -à juste titre, je suis heureuse d’entendre des explications intéressantes sur les enjeux de cette action.

Est-ce à dire que : les journalistes du service public manquent d’informations et d’analyses quand ils ont à traiter des conflits concernant les autres services publics, pour qu’ils répètent-excusez-moi, bêtement- le discours du MEDEF ou du Gouvernement, ou est-ce à dire que les journalistes « hiérarchisent » la qualification des services publics et estiment que le seul qui mérite d’être défendu par une information correctement conduite est celui des « médias publics » ?

J’ai d’ailleurs été très étonnée de ne pas entendre parler de « prise d’otages » lors de la grève des taxis !Je me suis dit : tiens, ils ont enfin cherché et compris la définition du mot OTAGE, mais non, le mouvement des aiguilleurs a mis fin à mon espoir !

Pourriez-vous consacrer une émission à une explication sans tabou sur le comment se construit la présentation d’un « journal ». Qui choisit et comment sont choisies les infos à diffuser et  comment sont-elles analysées avant d’être vulgarisées … Bref, en quoi un service public d’information peut-il et DOIT-il se distinguer d’un service privé ?

Si vous voulez que nous, les usagers, nous vous défendions bec et ongle, prouvez-nous votre différence au-delà de nos engagements, de nos convictions de plus en plus ébranlées (grâce aux formatages auxquels vous contribuez) à vouloir non seulement conserver mais aussi développer, promouvoir des services publics de qualité !

Un dernier exemple (entendu ce matin sur vos ondes): « la France est le premier grand pays européen à ratifier le traité de Lisbonne. Ce traité ne prévoit-il pas l’obligation de concurrence entre service public et privé ?

Si j’avais eu à présenter cette info, j’aurais commencé ainsi : « La France est le premier grand pays européen à bafouer le suffrage universel par la ratification du traité de Lisbonne. C’est la première fois qu’une telle atteinte à la démocratie des urnes se produit avec une telle intensité dans la 5ème République ! Aucun parti politique représentatif, n’a entendu ce que les français ont exprimé après une campagne exemplaire d’informations et de débats de qualité ! Cette ratification pose de façon aiguë la question de la démocratie en France. Sommes-nous encore dans un état de droit ? »

« Serviteusement publiquement » votre

Josette

grève des soins

pour faire abolir la loi sur les franchises médicales : êtes- vous prêts à faire la "grève des soins" ?

Chargement ... Chargement ...

pour faire abolir la loi sur les franchises médicales : êtes- vous prêts à agir pour soutenir les "grèvistes des soins" ?

Chargement ... Chargement ...

Après avoir écouté Bruno-Pascal Chevalier, sur France 2, je suis allée visiter son site, j’ai signé la pétition en ligne contre les « franchises médicales ».

Je lui ai également envoyé le message ci-dessous :

Texte envoyé à Bruno-Pascal Chevalier et publié sur son blog .  (Je ne sais pas faire apparaître son « blog », prêt à cliquer, mais, si vous tapez son nom dans la recherche Web, vous le trouverez.) 

Bonjour, nous ne nous connaissons pas. Je viens de t’entendre aux infos de
France2.
Je comprends bien ce que tu dis quand tu expliques Ton pourquoi la grève des
soins.
Atteinte d’un hémangioblastome dans la moelle, découvert depuis 7 ans après 2
ans de soins inefficaces pour de l’arthrose supposée, j’ai entamé ma troisième
année de congé longue maladie en Août.
L’évolution de ma maladie, dépend de la possiblité d’intervention, suffisamment
risquée, pour que le neuro-chirurgien qui me suit décide de ne la tenter que
lorsque je perdrai la marche.
Pour l’instant, grâce à la morphine, les neuro-myiolastan et la myothérapie que
pratique mon Kiné (1séance semaine), je suis toujours debout.
Actuellement, je bénéficie de l’ALD, mais comme tous les malades en ALD, je suis
moi-aussi doublement punie d’être malade : les franchises !, sans compter la
baisse de revenus et la perte d’avancement dans ma carrière.
Enseignante, je reste encore en mesure de poursuivre mes soins, malgré les
franchises, mais je trouve cette loi inique, injuste et immorale.
Je sais que dans la lutte que tu as entreprise, c’est ta vie que tu mets en
balance. Moi, c’est seulement le fauteuil et je ne suis pas sûre d’avoir le
courage de te rejoindre. J’ai peur de la douleur, j’ai peur du fauteuil.
MAIS, je me sens mal de ne rien faire.
Je ne sais pas si tu peux accepter le soutien de quelqu’un qui se sens lâche,
mais, je crois que je pourrais franchir le pas si nous étions capables
d’afficher la liste de ceux qui sont prêts à suivre la grève des soins, en
assurer une communication journalière etc … de façon à :

1) ne plus culpabiliser parce qu’on est malade et en ALD
2) que l’ensemble des citoyens puisse avoir accès à la comptabilité des ALD et
de la proportion qui se met en grève.
3)peser un peu sur les politiques.

Je refuse qu’en France, 4ème puissance mondiale, des malades puissent mourir
faute de pouvoir accéder aux soins.
Je refuse qu’en France, 4ème puissance mondiale, des malades puissent mourir
parce qu’il leur faut choisir entre leurs soins et leur minimum vital (loyer,
nourriture, chauffage …)
Je refuse qu’en France, 4ème puissance mondiale, des malades puissent mourir
parce qu’il leur faut choisir entre leurs soins et le minimum vital de leur
famille : éducation et santé des enfants, nourriture, logement, chauffage.
Fais attention à toi.
A te rejoindre
Amicalement,
Josette

Vous l’avez compris, cette loi étant votée, je me demande comment agir pour la faire supprimer. Je suis attérée par le fait que des personnes se mettent en « grève des soins » en mettant leur vie en danger pour nous aider à prendre conscience, nous aider à retrouver un droit intégral aux soins.

Pour ma part, comme je le dis à cet homme, j’ai peur, je manque de courage, donc, je n’ai pas encore décidé de me mettre en grève des soins.

J’ai peur d’avoir trop mal si j’arrête la morphine, j’ai peur de perdre ma motricité si j’arrête les neuro-myolastans et les séances de Kiné.

J’ai peur que dans cette France que je ne reconnais plus, sa grève des soins, la mienne, si je me décide, et celle de quelques autres ne pèsent pas lourd dans les enjeux que constituent la démolition de notre système de couverture sociale.

Je crois avoir lu quelque part que nous serions 7millions de malades à bénéficier de l’Affection Longue Durée (ALD) qui reconnaît à certaines pathologies, (cancers, sidas, maladies neurologiques, certaines affections cardiaques, certaines maladies génétiques …) exigeant des soins spécfiques, et des traitements plus ou moins « lourds », la prise en charge à 100% du traitement concernant la pathologie concernée.

Ces traitements lourds, qui servent aussi à faire progresser la médecine, la maldie, entraînent souvent une fragilité accrue qui nous rend plus sensibles aux affections très bénignes (grippe, rhinos …, ) et qui entraînent aussi des effets co-latéraux sur notre organisme (foie, respiration, fatigue, fragilité morale…) qui impliquent aussi des surveillances médicales fréquentes (bilans sanguins, radios pulmonaires, bilans cardios…, sans compter l’ajout de médicaments supposés réduire les effets indésirables du traitement. Ces effets, pour ce qui me concerne, ne sont pas pris en compte dans l’ALD. Donc, je paye le tiers payant dessus. Déjà, nous avons perdu le 1euro et bientôt le 2 euros qui reste à la charge de tout patient, après avoir payé sa consultation chez le généraliste qui gère l’ALD, c’est à dire qui renouvelle le traitement et qui vérifie l’évolution de la maladie avant que nous revenions vers nos spécialistes. Pour ce qui me concerne, parce que certains médicaments sont sur prescription sécurisée, je suis OBLIGEE de voir mon généraliste tous les mois.

 Les médecins spécialistes qui nous suivent sont souvent tellement pointus qu’ils sont en dépassement d’honoraire. Ce dépassement est tout ou partie pris en charge par la mutuelle : à condition qu’on ait les moyens d’en avoir une, donc de cotiser ! Sinon ? je ne sais pas : moi, j’ai encore ces moyens là.

Maintenant, avec la nouvelle loi sur les franchises, C’est au moins 100euros qu’on perd en plus par an. J’ai fait un rapide calcul pour ce qui me concerne, les différentes mesures prises ces 3 dernières années vont me coûter un non remboursement minimum de 196 euros par an soit : 16,85 euros par mois de frais fixes de santé. est-ce bien normal, alors que ça fait déjà 37 ans que je cotise à la sécu et à ma mutuelle ? ( je continue à cotiser).

Bien sûr, pour ceux qui peuvent, ça à l’air ridicule, mais ceux qui sont au SMIG, ou au RMI, ou à rien, ou qui touchent une retraite de misère (j’ai des amis qui ont travaillé depuis l’âge de 14 ans qui viennent de prendre leur retraite (manutentionnaires) et qui perçoivent 860 euros net ! Pour eux, 16,85 euros par mois, ce n’est pas rien !!!

Que faut-il faire ? attendre les prochaines présidentielles ? Ils, nous seront peut-être déjà morts et la loi étant entrée dans les moeurs, les politiques ne changeront rien.

Signer massivement la pétition. OUI, mais cela risque de pas suffire si elle n’est pas signée très massivement ! (je crois, qu’à ce jour environ 90 000 personnes l’ont signée.)

Faire la grève des soins : voilà une idée qu’elle est bonne, à condition que nous soyons tous les jours plus nombreux, que cela soit largement diffusé, et que les grévistes soient massivement soutenus par une population indignée.

Si ces conditions peuvent être réunies, alors je crois que je n’aurais plus peur et que je pourrais rejoindre cet homme Bruno-Pascal Chevalier et peut-être d’autres personnes qui ont, elles aussi, commencé une grève des soins sans que nous le sachions.

Je suis prête à y participer, si nous sommes capables de l’organiser, de la promouvoir, avec le soutien de tous ceux qui comprennent qu’on ne peut plus tolérer une telle entrave aux soins et une telle culpabilisation des malades.

Donnez-moi votre avis : j’en ai besoin

Je viens d’essayer d’inclure un sondage simple et simpliste sur le blog : j’espère que j’ai réussi la manip ! N’oubliez pas le site de Bruno- Pascal et celui de la pétion contre les franchises médicales. 
Merci

Grand-mère Jojo

A demain

et je suis devenue grand-mère

 Kathy, dans un très gentil commentaire ou E-mail, a eu la gentillesse de me confier qu’elle allait devenir grand-mère.

C’est ce qui m’a décidée à mettre en ligne ce texte qui fait partie d’un ensemble qui paraîtra un jour, si j’ arrive à me faire suffisamment confiance, sous le titre : « et je suis devenue vieille »

J’espère que les futures grands-mères, comme celles déjà estampillées, et les nouvelles mamans, y trouveront la certitude que la naissance d’un enfant active au sein de la famille (au sens large) une foule d’émotions qui méritent d’être parlées et partagées.

Pour Kathy, ma fille et son compagnon, mon fils et sa compagne, ma famille, mes petits enfants – qui sont maintenant 3- et tous ceus qui attendent avec leurs proches la naissance d’un premier enfant. Plein de bonheurs, de joies : n’ayez pas peur  de vos émotions, vivez-les.

Il neige. J’appelle à l’appartement. Répondeur. J’appelle au travail. Collègue. Il n’est pas venu. Il, c’est mon gendre. Il est à la maternité.  Je m’en doutais. J’avais juste besoin de confirmation. 

Je pleure. Quelle drôle de réaction. Je suis si heureuse ! J’ai eu confirmation. Et alors ? J’essaie de faire deux ou trois choses. Je commence, mais je ne finis rien. Je ris. Je pleure. Je tourne en rond. Je parle au chien. Non. Je ne peux pas rester là. Je me douche soigneusement. Au Cytéal. C’est un savon désinfectant. 

La voir. Les voir au plus vite. Aucun souvenir du trajet. Pourtant, j’arrive à la maternité de Purpan, sans m’être perdue ! A la maternité, j’explique que ma fille est en train d’accoucher. On me conduit dans une salle d’attente. Une infirmière me propose de « m’habiller » pour rejoindre ma fille et son mari. 

Honteuse. C’est comme ça que je suis maintenant. Elle insiste. J’essaie d’expliquer que ce n’est pas ma place. Que je veux seulement être là, au plus vite quand ils auront envie de me présenter mon petit fils, quand ils auront envie de partager un moment de cette naissance avec moi. 

Je dois m’embrouiller parce que visiblement, elle ne comprend pas ce que je fais là, si je ne veux pas enter.

 Pour qu’elle me lâche, je finis par lui dire que je souhaite seulement qu’elle leur dise que je les embrasse tendrement. Ouf ! Elle est repartie dans le service. J’espère qu’elle aura compris à minima et que mes enfants ne m’en voudront pas d’être déjà ici. 

J’essaie de lire. Je tourne les pages. Je rêve de ce petit garçon qui va être mon petit fils. Mon premier petit fils. Comment va-t-il être ? 

Je pense à elle. Ma toute petite. Ma chérinette. Ma pépette. N’aie pas peur ma toute belle. N’aie pas peur ma petite maman. Autorise-toi à vivre ce moment avec l’émotion qu’il mérite. L’émotion n’est pas ridicule.

Moi, je me suis forcée à rater ça : trop fleur bleue pour la féministe que je suis ! C’est ça qui est ridicule ! Pourquoi, ne lui ai-je pas raconté ma bêtise avant ? 

Il doit bien y avoir un distributeur de boissons et de sandwiches quelque part. Il, c’est mon gendre, va être affamé, et moi, j’aurai l’air utile si j’ai de quoi le restaurer quand je les verrai. 

Et s’ils ne veulent pas me voir ? Bon sang, de quoi je me mêle encore ! Foutue impulsivité ! J’agis d’abord, je pense après !   Et l’infirmière qui n’a rien compris. Savoir ce qu’elle leur a raconté. Evidemment, je n’ai pas l’heure et j’ai encore laissé mon portable à la maison. 

Et si elle était déjà dans sa chambre alors que j’attends là ? Pourquoi suis-je venue ici, dans cette salle d’attente du service ? J’aurais dû attendre sagement dans le hall de la maternité ou dans le bistrot d’à côté. 

L’infirmière ! Elle revient !  -« je leur ai dit que vous étiez-là. Tout se passe bien. Je vous donne la blouse ? » Non ! Non merci ! Partir. Fuir. Mais de quoi je me mêle ? Ce n’est pas ma place, je le sais bien. Tout se passe bien. Elle ne souffre pas. Il n’y a pas de problème. Tout se passe bien. C’est ça que ça veut dire. Sûr. C’est ça que ça veut dire. 

Encore ! Mais qu’est-ce qu’elle a à passer et à repasser au lieu de s’occuper de ma fille ? Non ! NON ! Je ne veux pas venir. J’ai juste besoin d’être à proximité. Que c’est long. Qu’est-ce qui est long ? Le temps d’u accouchement ou celui de ma bêtise ? 

J’entends encore ses pas. Elle va revenir. Elle va encore insister. Partir. Je me lève et me dirige le plus dignement possible vers la sortie.

La porte s’ouvre. C’est lui ! Le Papa de mon petit fils. A-t-il l’air fâché après-moi ?

Coup d’œil furtif. Je ne vois rien. Je ne suis qu’émotion. Je ne sais pas de quoi il a l’air. Je me précipite vers lui. Aucun souvenir de réalité. Je dois encore pleurer ? Je passe la porte derrière lui. Il m’aide à mettre la blouse à l’endroit et à passer les chaussons. Je suis plus assurée. Je me suis douchée soigneusement au savon désinfectant. 

Il pousse une autre porte. Ils sont là ! Tous les deux ! Mon bébé et son bébé ! Plus beaux l’un que l’autre, aussi beaux l ‘un que l’autre ? Ma toute petite et son vrai bébé ! 

Jambes coupées. Voix coupée. Je crois que j’ai les tripes dans les talons.  Pas de souvenirs précis de mots, de gestes. Les tripes dans les pieds. Je suis devenue mère et grand-mère en même temps.  C’est vieillir trop vite pour des souvenirs précis. 

bloguer : la souris dans la nasse

Je vous l’avais dit : je suis une râleuse invétérée : à peine créé, mon blog me fait soucis.

Je cherche du débat enrichissant au-delà de mon horizon personnel.

Là, je viens de réaliser que le « blog » pouvait être un outil extraordinaire.

Mais, le « blog » peut également être un « trompe-l’esprit » tout aussi extraordinaire.

Nous avons tous des pseudos, personne ne sait rien de personne.

Moi, je crois que chaque fois que quelqu’un réagit sur mon « blog », il s’agit d’une personne, je veux dire un être réel avec une vraie vie, mais je me suis rendu-compte en parcourant de nombreux « blogs », qu’il pouvait s’agir de personnes imaginaires (groupe de personnes qui utilisent la toile sous un seul pseudo, personnage inventé…)

Qui sait ce qui peut se cacher derrière chacun de nous ?

Qui peut savoir, s’il y a tentative de manipulation de quelque nature que ce soit ?

Comment s’assurer qu’on ne discute pas dans le « vide ».

J’ai choisi de m’inscrire sur « unblog » tout à fait par hasard, et parce que c’était gratuit. Mais qui « gère » unblog ou d’autres ? Pourquoi mettre cet outil à la disposition du grand public ?

En clair, y a-t’il un vice caché ? Si oui quel pourrait-il être ?

Pour l’instant, je ne vois que 2 points :

-         nous laisser parler dans le vide : ça nous occupe et pendant qu’on est là, on n’est pas dans la rue !

-         aider « big brother » dans son fichage d’individus.

  

D’autres que moi ont-ils eu soudain ce sentiment de « trop beau pour être vrai » , ou celui plus confus d’être la souris dans la nasse ?

Y a -t-il un code de déontologie du « blogueur » ? 

Merci de me répondre.    Grand-mère Jojo 

anti-tabac : le sens caché de la loi ?

Il faut que je vous dise :

Hier, en cherchant à m’inscrire sur un annuaire de blogs, je suis tombée sur le site des « jeunes » UMP catalans. L’article d’accueil concernait la loi anti tabac.

Je n’ai pas pu m’empêcher de joindre un commentaire.

Ce matin, parce que j’avais oublié d’archiver mon commentaire, je suis revenue sur le site qui affichait : pas de commentaire ! J’en ai donc déposé un autre qui reprend à quelque chose près celui que j’avais laissé hier. Le voici :

Le saviez-vous ?

La première loi anti-tabac a été promulguée et appliquée en Allemagne.

Elle a été promulguée à la demande du…. Chancelier Hitler.

Quand ? en 1933 (je ne suis pas sûre de l’année à 100%)

Quand j’ai fait cette découverte, cela m’a fait frémir.

Et vous ?

 

Evidemment, la découverte que j’avais faite à propos d’Hitler et le fait que mon commentaire ne soit pas publié, m’ont donné à réfléchir.

Toute loi émerge dans un contexte social-politique donné, à fortiori toute loi liberticide.

S’il est plus aisé d’analyser les lois Pasqua, Hortefeu, et autres concernant, l’immigration ou encore la loi de comparution immédiate qui par son « immédiateté », prive la défense d’une bonne partie de ses possibilités d’expertises, d’analyses à postériorité, donc d’explications de faits, la loi anti-tabac présente la complexité de se présenter comme une mesure de santé publique.

Dès-lors, qui oserait prétendre qu’il ne veut pas que le gouvernement agisse en prévention, pour la santé publique ?

Suspicieuse comme je suis, chaque fois qu’On (Con) veut faire mon bonheur malgré moi, qu’On (Con) veut me protéger malgré moi…, je me raidi et j’essaie de comprendre pourquoi on ne veut pas que je fasse moi-même mon bonheur ou que j’apprenne à me protéger moi-même contre moi-même ?

Serait-ce parce que je suis considérée comme mineure ? comme irresponsable ? (alors il ne faut pas me punir si je transgresse) comme « jeune-donc-délinquante » (j’ai 54 ans, vils flatteurs va !), comme « pas-très-maligne », peut-être ?

Ou, faut-il penser que derrière cette façade de bonnes intentions / attentions, il y a un piège ? Si j’adhère, qu’est-ce qui m’est demandé en contre-partie d’une telle sollicitude ?

L’obéissance ? certainement.

La « décervellation » ? sûrement ! Petit à petit, On nous apprend à douter de notre capacité à réfléchir et à agir en conséquence. On nous formate, pensée unique, libéralisme non négociable, fatalité … Heureusement que On veille sur nous et nos bêtises !

Reprenons la loi anti-tabac :

Si c’était vraiment par souci de santé publique,

  • - pourquoi ne pas avoir fait de la dissuation pédagogique plus tôt, puisqu’On sait depuis Hitler et les recherches qu’il a commandées et financées sur la nocivité du tabac, que ces dernières mettaient déjà en évidence même les problèmes liés à la tabagie passive?
  • - pourquoi n’avoir pas imposé aux fabricants de cigarettes de retirer tous les produits nocifs et générateurs de dépendance qu’ils ajoutent au tabac?
  • - pourquoi avoir continué à distribuer des «troupes» aux soldats engagés ou conscrits?
  • - pourquoi avoir continué à taxer les cigarettes, au lieu de les détaxer, ce qui aurait eu pour effet de moins inciter les ados à fumer par souci de transgression, (minis-trafics, mais aussi, je me différencie en fumant alors que je sais que c’est dangereux: même pas peur!)?

- enfin, pourquoi ne pas proposer une loi réellement sociale et de santé en:

  • obligeant les employeurs à inciter chaque travailleur à prendre un congé de santé,  rétribué à taux plein pour suivre une cure de désintoxication sur un protocole sécu ?
  • Il va de soit qu’on peut organiser le remplacement des travailleurs libéraux, fixer un forfait du manque à gagner etc…, bref agir avec le système de sécu comme pour un congé de maladie classique d’1mois ou plus si nécessaire.
  • Punir, sanctionner les fumeurs permet seulement de récupérer du fric tout en pointant du doigt de nouveaux « vilains », de nouvelles « têtes de Turc ».

 

N’importe quel médecin ou psy parle de tabaco-dépendance comme d’une maladie addictive. Est-ce que la loi permettra aux fumeurs de se soigner ?

Toute conduite addictive met en jeux des pulsions de mort. Ces mêmes pulsions qui nous permettent avec nos pulsions de vie et sans devenir fou , d’apprendre à appréhender notre propre mort comme inéluctable et à l’envisager comme normale dès-lors que ce n’est ni un crime, ni une guerre, ni un défaut de soin ou des carences de vie (logement, nourriture) qui la provoquent.

Je suis fumeuse et pas fière de l’être parce que je vis ma dépendance comme une entrave à ma liberté mais aussi comme une contradiction idéologique : j’engraisse et un état « racket », et des producteurs de cigarettes véritables empoisonneurs publics. Malgré tout, cette loi, au lieu de m’inciter à essayer encore d’arrêter, cette loi disais-je me révulse  tellement par le mensonge et la perversité qu’elle induit que depuis le 1er janvier, je fume -bêtement, je vous l’accorde- encore plus qu’avant !

Toutefois, en tant que fumeuse, j’ai toujours fait extrêmement attention à la tabagie passive, à l’exemple donné, et, j’ai toujours dit à mes enfants que j’étais droguée et incapable de m’en sortir seule, que dans cette histoire, le mieux était de ne pas commencer ou de s’arrêter quand il était encore temps.

Je crois que les fumeurs ne sont pas plus les méchants empoisonneurs que les alcooliques, que les dépressifs, etc… En tous cas, je crois que nous le sommes moins que Monsanto, que Total, que nous avons appris à vivre avec les non-fumeurs et que nous savons faire le nécessaire pour les respecter.

 

Qu’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas : la loi anti-tabac n’est pas plus dangereuse que les lois sécuritaires et liberticides déjà votées et que j’ai seulement évoquées ici.

La loi anti-tabac constitue, de mon point de vue, un exemple complexe de la dérive totalitaire dans laquelle la France s’enfonce chaque jour davantage insidieusement.

Ne soyons pas dupes.

Si vous pensez qu’une loi anti-tabac est nécessaire, alors demandez une vraie loi de santé publique, donc sociale.

A demain.

Grand-mère Jojo

éphéméride

quoid’neuf ?

12 janvier, 2008

grand-mère Jojo

Enregistré dans : Non classé — parfois @ 17:08 Modifier

Je suis une grand-mère de 54 ans.

Je suis enseignante.

Je suis “militante” du respect des personnes, des droits inaliénables que sont le droit à la santé, au logement, à l’éducation et à la formation,  au travail et à la justice pour chaque être humain sur la planète.

Je n’ai pas fait mai 68 -trop jeune-, mais j’y ai cru et j’y crois encore !

Actuellement, je suis inquiète pour l’avenir de la planète à tous points de vue, donc pour l’avenir de la jeunesse.

C’est pourquoi je me décide, aujourd’hui à essayer de créer ce blog !

Je compte y écrire des billets d’humeur, me et nous poser des questions auxquelles je ne trouve pas de réponses collectives : les “appareils” politiques et syndicaux m’ont usée, sans que je ne réussisse jamais à les transformer un tant soi peu. Là, je parle des mouvements de gauche : je n’ai jamais été membre du PS ou du MRG, pas plus que d’aucun mouvement de droite !

Pourtant, je suis sûre que des solutions collectives existent pour répondre aux problèmes de société auxquels nous sommes tous confrontés, certains de façon plus urgente que d’autres !

Je demande par avance l’indulgence d’éventuels lecteurs pour la présentation, la mise en forme, ect … je m’accorde d’avance le droit d’apprendre la forme.

Je ne demande pas d’excuses sur le fond de ce que j’écrirai : je n’engage que moi, et c’est déjà bien.

Je m’engage à ce que mes écrits soient toujours respectueux des éventuels lecteurs, à défaut d’être bien pensants.

Je demande aux blogueurs qui me feront la gentillesse de visiter ce site et/ou de le commenter de bien vouloir éviter l’agression personnelle et l’nvective quand ils manifesteront leur désaccord.

Vous l’avez compris, je souhaite que ce site nous permette de réfléchir et de mettre en commun des idées, au-delà des “cercles” de personnes que je peux rencontrer par ailleurs.

Les thèmes que je souhaite aborder dans les prochains jours, sont : l’émigration, le pouvoir d’achat, le travail et ses conditions, la santé, les personnes âgées, et bien sûr la jeunesse en qui j’ancre toutes mes espérances.

A demain.

 


Bonjour tout le monde !

Enregistré dans : Non classé — parfois @ 16:16 Modifier

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

 un Blog, des Blogs Un Blog, des Blogs – Vous pouvez, vous aussi creer un blog gratuit !

quoid’neuf ?

12 janvier, 2008

grand-mère Jojo

Enregistré dans : Non classé — parfois @ 17:08 Modifier

Je suis une grand-mère de 54 ans.

Je suis enseignante.

Je suis “militante” du respect des personnes, des droits inaliénables que sont le droit à la santé, au logement, à l’éducation et à la formation,  au travail et à la justice pour chaque être humain sur la planète.

Je n’ai pas fait mai 68 -trop jeune-, mais j’y ai cru et j’y crois encore !

Actuellement, je suis inquiète pour l’avenir de la planète à tous points de vue, donc pour l’avenir de la jeunesse.

C’est pourquoi je me décide, aujourd’hui à essayer de créer ce blog !

Je compte y écrire des billets d’humeur, me et nous poser des questions auxquelles je ne trouve pas de réponses collectives : les “appareils” politiques et syndicaux m’ont usée, sans que je ne réussisse jamais à les transformer un tant soi peu. Là, je parle des mouvements de gauche : je n’ai jamais été membre du PS ou du MRG, pas plus que d’aucun mouvement de droite !

Pourtant, je suis sûre que des solutions collectives existent pour répondre aux problèmes de société auxquels nous sommes tous confrontés, certains de façon plus urgente que d’autres !

Je demande par avance l’indulgence d’éventuels lecteurs pour la présentation, la mise en forme, ect … je m’accorde d’avance le droit d’apprendre la forme.

Je ne demande pas d’excuses sur le fond de ce que j’écrirai : je n’engage que moi, et c’est déjà bien.

Je m’engage à ce que mes écrits soient toujours respectueux des éventuels lecteurs, à défaut d’être bien pensants.

Je demande aux blogueurs qui me feront la gentillesse de visiter ce site et/ou de le commenter de bien vouloir éviter l’agression personnelle et l’invective quand ils manifesteront leur désaccord.

Vous l’avez compris, je souhaite que ce site nous permette de réfléchir et de mettre en commun des idées, au-delà des “cercles” de personnes que je peux rencontrer par ailleurs.

Les thèmes que je souhaite aborder dans les prochains jours, sont : l’émigration, le pouvoir d’achat, le travail et ses conditions, la santé, les personnes âgées, et bien sûr la jeunesse en qui j’ancre toutes mes espérances.

A demain.

 


Bonjour tout le monde !

Enregistré dans : Non classé — parfois @ 16:16 Modifier

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

 un Blog, des Blogs Un Blog, des Blogs – Vous pouvez, vous aussi creer un blog gratuit !

 

Il faut que je vous dise :

Ce 12 janvier 2008, j’ai appris :

Il n’y aura pas de maïs OGM, Monsanto 810, planté sur le sol français en 2008. Il y en aura toujours ailleurs. Brésil, USA, etc…

principe de précaution ! Bien. Je suis pour qu’on l’applique unilatéralement. Mais … Pourquoi avoir tant attendu ? Pourquoi geler pour 2008 seulement ?

Les pouvoirs publics vont-ils agir auprès des autres gouvernements en Europe et ailleurs pour qu’on gèle ces plantations partout dans le monde ? Vont-ils agir pour qu’on arrête aussi le soja et probablement d’autres aliments transgéniques ?

Et surtout vont-ils agir pour qu’on ait accès à une lisibilité de la nourriture transformée qu’on achète en grande surface, de façon à ce que le consommateur sache si ce qu’il mange contient ou non du « transgénique » ?

Pour faciliter la « lecture » du consommateur, je propose que les rayonnages des grandes surfaces regroupent en l’indiquant tous les aliments contenant des traces de « transgénique ».

A ce propos, je serais curieuse de voir quelle proportion occuperaient les consoles de présentation des »aliments à traces transgéniques », par rapport à la surface au sol des consoles de présentation d’aliments.

Cette obligation de présentation aurait au moins le mérite de moins prendre les consommateurs pour des cons, mais aussi probablement d’éveiller ou de réveiller des consciences endormies.

Par contre, c’est sûr que ça ne résoudrait pas le problème de nourriture de ceux qui ont faim, même en France.

Il faut que je vous dise :

Si cela se faisait en France, alors nos politiques seraient obligés de revoir notre système économique.

Je fais confiance à la voracité du libéralisme pour achever notre agriculture au profit du libre échange en faisant entrer par le biais du commerce extérieur toutes les saloperies transgéniques à bas prix pour les pauvres et réserver les produits d’une agriculture raisonnée voire « bio » à ceux qui pourront se la payer !

Alors, pas d’issue ? Notre conscience collective. Notre capacité àcréer un « mouvement » qui exige la mise en place d’un système économique éthique.

Ethique ? quel gros mot ! Si on l’accole à « système économique », c’est carrément un contre-sens.

Voilà, il faut que je vous dise, j’ai besoin de vous pour penser et proposer une système économique à contre-sens.

Je ne suis pas assez calée dans la compréhension de toutes les finesses du système en place et contre lequel j’essaie de lutter depuis que je suis ado. Les partis politiques de gauche, tels que le PCF ou les partis d’extrême gauche ont échoué, tant dans leurs analyses que dans leurs propositions, en refusant de se positionner globalement dans une économie mondiale et éthique. Ils ont échoué aussi dans leur proposition de démocratisation de la citoyenneté. A ce jour, comme les syndicats, ils n’ont su que préserver au mieux leurs appareils, tant pis si ce sont des coquilles vides !

Je vous l’ai dit, j’ai besoin de ne plus avoir honte d’être française, j’ai besoin que des personnes qui ont la volonté de changer les choses, se donnent les moyens d’essayer de réfléchir collectivement, librement, sans qu’on nous explique d’abord l’analyse de la situation, ce qu’il faut en penser et ce qu’il faut en accepter.

Je ne veux plus rien accepter qui puisse nuire au plus grand nombre, je ne veux plus accepter qu’on, con ?, pense à ma place.

Mais, seule ou dans mon cercle de connaissances, je tourne en rond.

L’espoir que je mets dans ce blog, c’est de rencontrer des personnes qui partagent cet objectif de changement « éthique » et qui acceptent d’échanger des points de vue, des propositions et peut-être de créer un « mouvement de la pensée et de l’action collective plurielles » .

Je sais que nous sommes nombreux à vouloir se positionner en rupture du libéralisme mondial. L’echec du référendum aux européennes, les candidatures « alter-mondialistes  » et leurs scores ajoutés aux présidentielles en sont la preuve, comme c’est la preuve que les structures existantes sont incapables de répondre à nos aspirations.

Ne laissons ni nos jeunes, ni nos vieux ( quelles qu’en soient leurs origines sociales et/ou culturelles) se faire laminer par le libéralisme sauvage -c’est un pléonasme !-

N’oublions pas : la France est la 4ème puissance mondiale. Ici, des personnes sont dans la misère, meurent de froid, de maladies, de carences alimentaires, de carences éducatives. Est-ce que ce monde est normal ?

A nous de répondre.

A demain.

Grand-mère Jojo.

grand-mère Jojo

                                           Cool             Je suis une grand-mère de 54 ans.

Je suis enseignante.

                                           emoticone             Je suis « militante » du respect des personnes, des droits inaliénables que sont le droit à la santé, au logement, à l’éducation et à la formation,  au travail et à la justice pour chaque être humain sur la planète.

Je n’ai pas fait mai 68 – trop jeune -, mais j’y ai cru et je crois encore à cet idéal si mal porté !

Actuellement, je suis inquiète pour l’avenir de la planète à tous points de vue, donc pour l’avenir de la jeunesse.

  Image de prévisualisation YouTube    

C’est pourquoi je me décide, aujourd’hui à essayer de créer ce blog !

(suite…)

chapelleachard2014 |
Liste d’union et d’action p... |
OPTICAL CONSULTING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mieux Vivre @ Mimizan
| NOUVELLES d'hier, d'aujourd...
| Au fil des saisons