anti-tabac : le sens caché de la loi ?

Il faut que je vous dise :

Hier, en cherchant à m’inscrire sur un annuaire de blogs, je suis tombée sur le site des « jeunes » UMP catalans. L’article d’accueil concernait la loi anti tabac.

Je n’ai pas pu m’empêcher de joindre un commentaire.

Ce matin, parce que j’avais oublié d’archiver mon commentaire, je suis revenue sur le site qui affichait : pas de commentaire ! J’en ai donc déposé un autre qui reprend à quelque chose près celui que j’avais laissé hier. Le voici :

Le saviez-vous ?

La première loi anti-tabac a été promulguée et appliquée en Allemagne.

Elle a été promulguée à la demande du…. Chancelier Hitler.

Quand ? en 1933 (je ne suis pas sûre de l’année à 100%)

Quand j’ai fait cette découverte, cela m’a fait frémir.

Et vous ?

 

Evidemment, la découverte que j’avais faite à propos d’Hitler et le fait que mon commentaire ne soit pas publié, m’ont donné à réfléchir.

Toute loi émerge dans un contexte social-politique donné, à fortiori toute loi liberticide.

S’il est plus aisé d’analyser les lois Pasqua, Hortefeu, et autres concernant, l’immigration ou encore la loi de comparution immédiate qui par son « immédiateté », prive la défense d’une bonne partie de ses possibilités d’expertises, d’analyses à postériorité, donc d’explications de faits, la loi anti-tabac présente la complexité de se présenter comme une mesure de santé publique.

Dès-lors, qui oserait prétendre qu’il ne veut pas que le gouvernement agisse en prévention, pour la santé publique ?

Suspicieuse comme je suis, chaque fois qu’On (Con) veut faire mon bonheur malgré moi, qu’On (Con) veut me protéger malgré moi…, je me raidi et j’essaie de comprendre pourquoi on ne veut pas que je fasse moi-même mon bonheur ou que j’apprenne à me protéger moi-même contre moi-même ?

Serait-ce parce que je suis considérée comme mineure ? comme irresponsable ? (alors il ne faut pas me punir si je transgresse) comme « jeune-donc-délinquante » (j’ai 54 ans, vils flatteurs va !), comme « pas-très-maligne », peut-être ?

Ou, faut-il penser que derrière cette façade de bonnes intentions / attentions, il y a un piège ? Si j’adhère, qu’est-ce qui m’est demandé en contre-partie d’une telle sollicitude ?

L’obéissance ? certainement.

La « décervellation » ? sûrement ! Petit à petit, On nous apprend à douter de notre capacité à réfléchir et à agir en conséquence. On nous formate, pensée unique, libéralisme non négociable, fatalité … Heureusement que On veille sur nous et nos bêtises !

Reprenons la loi anti-tabac :

Si c’était vraiment par souci de santé publique,

  • - pourquoi ne pas avoir fait de la dissuation pédagogique plus tôt, puisqu’On sait depuis Hitler et les recherches qu’il a commandées et financées sur la nocivité du tabac, que ces dernières mettaient déjà en évidence même les problèmes liés à la tabagie passive?
  • - pourquoi n’avoir pas imposé aux fabricants de cigarettes de retirer tous les produits nocifs et générateurs de dépendance qu’ils ajoutent au tabac?
  • - pourquoi avoir continué à distribuer des «troupes» aux soldats engagés ou conscrits?
  • - pourquoi avoir continué à taxer les cigarettes, au lieu de les détaxer, ce qui aurait eu pour effet de moins inciter les ados à fumer par souci de transgression, (minis-trafics, mais aussi, je me différencie en fumant alors que je sais que c’est dangereux: même pas peur!)?

- enfin, pourquoi ne pas proposer une loi réellement sociale et de santé en:

  • obligeant les employeurs à inciter chaque travailleur à prendre un congé de santé,  rétribué à taux plein pour suivre une cure de désintoxication sur un protocole sécu ?
  • Il va de soit qu’on peut organiser le remplacement des travailleurs libéraux, fixer un forfait du manque à gagner etc…, bref agir avec le système de sécu comme pour un congé de maladie classique d’1mois ou plus si nécessaire.
  • Punir, sanctionner les fumeurs permet seulement de récupérer du fric tout en pointant du doigt de nouveaux « vilains », de nouvelles « têtes de Turc ».

 

N’importe quel médecin ou psy parle de tabaco-dépendance comme d’une maladie addictive. Est-ce que la loi permettra aux fumeurs de se soigner ?

Toute conduite addictive met en jeux des pulsions de mort. Ces mêmes pulsions qui nous permettent avec nos pulsions de vie et sans devenir fou , d’apprendre à appréhender notre propre mort comme inéluctable et à l’envisager comme normale dès-lors que ce n’est ni un crime, ni une guerre, ni un défaut de soin ou des carences de vie (logement, nourriture) qui la provoquent.

Je suis fumeuse et pas fière de l’être parce que je vis ma dépendance comme une entrave à ma liberté mais aussi comme une contradiction idéologique : j’engraisse et un état « racket », et des producteurs de cigarettes véritables empoisonneurs publics. Malgré tout, cette loi, au lieu de m’inciter à essayer encore d’arrêter, cette loi disais-je me révulse  tellement par le mensonge et la perversité qu’elle induit que depuis le 1er janvier, je fume -bêtement, je vous l’accorde- encore plus qu’avant !

Toutefois, en tant que fumeuse, j’ai toujours fait extrêmement attention à la tabagie passive, à l’exemple donné, et, j’ai toujours dit à mes enfants que j’étais droguée et incapable de m’en sortir seule, que dans cette histoire, le mieux était de ne pas commencer ou de s’arrêter quand il était encore temps.

Je crois que les fumeurs ne sont pas plus les méchants empoisonneurs que les alcooliques, que les dépressifs, etc… En tous cas, je crois que nous le sommes moins que Monsanto, que Total, que nous avons appris à vivre avec les non-fumeurs et que nous savons faire le nécessaire pour les respecter.

 

Qu’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas : la loi anti-tabac n’est pas plus dangereuse que les lois sécuritaires et liberticides déjà votées et que j’ai seulement évoquées ici.

La loi anti-tabac constitue, de mon point de vue, un exemple complexe de la dérive totalitaire dans laquelle la France s’enfonce chaque jour davantage insidieusement.

Ne soyons pas dupes.

Si vous pensez qu’une loi anti-tabac est nécessaire, alors demandez une vraie loi de santé publique, donc sociale.

A demain.

Grand-mère Jojo

 


3 commentaires

  1. lesjeunespop66
    16 janvier, 2008 | 14:30

    Avez vous des preuves de ce que vous dites ?
    Pourvez vous m?envoyer le lien qui prouverai la fiabilité de votre affirmation en commentaire svp ?
    Je me suis permise de faire des recherches et jamais je dis bien jamais j?ai vu écrit ou entendu parler que la loi anti tabac en allemagne a été créée par Hitler en Allemagne !!!
    Et très sincerement je ne vois pas en quoi cela peu effrayer les gens puisque cette loi est votée dans la plupart des pays du monde entier afin de préserver la santé de chacun et l?environnement !! Si votre affirmation est purement politique vous vous êtes adressé au mauvais endroit, le site du gouvernement sera plus à votre convenance, envoyez leur un mail ou courrier pour expliquer votre mécontentement sur cette loi !!
    Cordialement.

  2. Je ne suis décidément pas douée ! J’ai voulu ajouter le commentaire que les jeunes UMP 66 ont publié sur leur site, mais je pense qu’il fallait le faire par lien (ce que je ne sais pas encore faire. J’ai fait un « copier coller » ce qui fait que leur commentaire apparaît d’abord sous mon nom. Je m’en excuse pour eux, mais aussi pour les éventuels lecteurs.
    Je viens de leur expédier un autre message en réponse à leur commentaire. Dès qu’il paraîtra sur leur site, j’ai encore oublié de le sauvegarder), je le copierai, avec leur réponse -s’il y en a- dans celui-ci. J’espère que d’ici là, je saurais le publier sous leur nom directement !

  3. réponse aux jeunes pop66, sur la véracité de mes dires : cette réponse a été publiée sur leur site.

    Je ne suis pas assez douée en surf sur le net pour retrouver mes sources. C’est d’ailleurs pour ça que je n’ai pas pu assurer la pertinence de la date !
    Toutefois, cette info a été reprise par “France-Inter” et /ou Europe1(je ne me souviens plus), dans une émission de débat autour de la loi.
    Dans cette émission, la personne qui présentait les réactions dans les différents pays d’Europe, précisait même, que paradoxalement, c’est en Allemagne, pays perçu comme “discipliné”, qu’on trouvait les plus grandes résistances et “désobéissances”, Il expliquait alors, que cela s’expliquait par l’émotion que renvoyait la loi par rapport a un vécu “liberticide” directement lié au “vécu” proche de la période Hitlérienne et au fait qu’ne loi, certes plus contraignante avait été votée à sa demande.
    Quant-à mon expression “politique” : je ne suis pas Sarkosiste, mais vous êtes des jeunes de l’UMP. Pour moi, le titre de “jeunes”, suffit pour que je m’intéresse à vous, autrement que dans une perspective de “lutte, combat, bataille, agression …” Mon propos, était bien ce qu’il semblait être : se poser la question de savoir pourquoi, en France et en Europe, on tente en ce moment, de résoudre des questions de santé publique par des lois “liberticides” et répressives, au lieu de positionner l’addiction, la dépendance au tabac, du côté du soin. On ne “punit” pas les malades “d’affections longues durée” : on essaie de les soigner. Pour moi, et pour beaucoup de Psy (chologues, iatres,) la dépendance au tabac relève de l’ALD. Il faudrait donc la traiter comme telle.
    Dans le même ordre d’idée, la loi qui permet “d’enfermer” des personnes ayant purgées leur peine, n’est pas acceptable, ni du point de vue de la peine effectuée, ni du point de vue de la santé. Je reconnais que c’est un autre débat, mais : dans les 2 cas la réponse à des problèmes de santé est une réponse pénale.
    Grand-mère Jojo (je suis une vraie grand-mère !)

Répondre

Vous devez etre logué pour commenter.

chapelleachard2014 |
Liste d’union et d’action p... |
OPTICAL CONSULTING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mieux Vivre @ Mimizan
| NOUVELLES d'hier, d'aujourd...
| Au fil des saisons